Le PRERANK, ou PRERANKING, technique de référencement SEO. Partie 1

Technique seo 2018 preranking

J’ai mis au point une nouvelle technique de référencement pour 2018, le pre-ranking. Cette technique consiste à faire ranker des requêtes futures, c’est-à-dire de créer du contenu qui sera demandé dans un futur proche. Mais attention ! On ne parle pas ici de la technique basique de faire du contenu aléatoire basique, ni une estimation des futures requêtes !, C’est vraiment une nouvelle technique, et parce que vous avez faits du pre-ranking, vous aurez la première position quand celle-ci sera au gout du jour.

Un bon PreRank commence par une bonne optimisation SEO.
Vous n’avez pas besoin de ces quelques conseils ? Rendez-vous directement sur la technique de PRERANKING

Tout d’abord, rien ne sert de faire du pre-ranking si votre site internet n’est pas optimisé pour le référencement. Vous allez perdre votre temps, votre contenu ne sera peut-être même pas référencé un jour, ou si vous avez de la chance, il le sera mais dès lors que les recherches sur la requête voulue augmenteront, vous serait très vite redescendu dans les SERPEs.

Dans cette première partie, nous allons passer en revue les quelques points essentiels à l’optimisation de votre site internet pour un bon référencement naturel. (Conseil donné basé sur le CMS WordPress)

  • Le thème

Très important, faite attention au thème que vous choisiraient, certain sont optimisés pour le référencement, avec plusieurs options disponibles très efficaces. D’autres, pitoyable sont parfois vendus au prix fort, et vous allez (ou votre SEO) galérer à corriger tous les problèmes. Comme parfois des balises H1, ou H2 codées en durs dans le code du thème.

(Pour rappel, votre prestataire SEO n’est pas forcément développeur ! Il devra donc faire appel à un développeur externe pour faire les corrections nécessaires.)

  • L’organisation de votre contenu

Il y a deux types d’organisations de contenu.

  • Type A: Une organisation de contenu dirigée vers une seule et unique thématique. Par exemple : Un site internet sur l’iPhone, tout le contenu sera rédigé pour donner des informations sur le mobile d’Apple.

Notre conseil pour une organisation de type A :

Sous catégoriser votre thématique dans votre menu principal, il faut que votre chemin d’URL soit le plus cours possible.

Donner à Google les informations plus rapidement pour que le crawl des robots soit rapide. Dites-vous que Google est feignant, et parcourir une URL formatée de ce type : https://votredomaine.fr/categorie-iphone/coque-iphone/bleu/plastique/marque-coque/ lui demande beaucoup de ressources (temp + argent), de ce fait, Google mettra beaucoup plus de temps à ranker vos résultats, et mettra également beaucoup plus de temps à mettre à jour votre contenu dans ses résultats.

Vous faite perdre de l’argent à Google, donc Google s’arrangera pour parcourir votre site internet le moins souvent possible.

  • Type M 

    Ou multi-content, ici le contenu pourra porter sur des thématiques différentes. Par exemple : Un site internet comme le JDG (Journal du Geek) un site qui comprend plusieurs catégories sur des thématiques différentes comme le cinéma, les jeux vidéo, les comics etc.

Notre conseil pour une organisation de type M :

Catégorisez votre contenu par thématique dans votre menu principal, par exemple : Cinéma, Jeux vidéo, Comics. Ensuite, comme pour le type A, essayez d’avoir le chemin d’URL le plus cours possible, évitez les sous catégories des sous-catégories des sous catégories des catégories. Les longues traines concernent uniquement les requêtes et non les URLs. Nous vous conseillons des URLs avec 4 niveaux maximum. Par exemple : http://www.votredomaine/2018/01/07/titre-de-votre-article/

  • Les balises HN, (h1, h2, h3, h4, h5, h6)

Elles sont très importantes, elles permettent à Google de savoir comment lire votre contenu. Une page propre se déclinera de cette manière :

  • H1 : Titre de la page
    • H2 : Titre 1
      • H3 : Sous-titre 1
      • H3 : Sous-titre 2
      • H3 : Sous-titre 3
    • H2 : Titre 2
      • H3 : Sous-titre 1
      • H3 : Sous-titre 2
      • H3 : Sous-titre 3
    • H2 : Titre 3
      • H3 : Sous-titre 1
      • H3 : Sous-titre 2
      • H3 : Sous-titre 3

Si vous avez compris ce schéma, alors vous savez maintenant comment faire une page propre, Google pourra alors lire votre page sans problème. N’hésitez pas à me laisser vos messages dans les commentaires si vous avez des questions 😊

  • Les balises ALT de vos images

Souvent oubliées, elles sont importantes pour Google, celui-ci ne sait pas encore « lire » une image, les balises ALT permettent donc à Google de mettre des mots dessus, ainsi, les moteurs de recherche pourront mieux comprendre le « sens » de votre contenu.

Bon, à partir d’ici, si votre site internet est responsive, si vous avez optimisé vos balises META, et optimisé la vitesse de votre site internet, on va dire que ce n’est pas trop mal, et que vous pouvez faire du PRERANKING.
(Si vous voulez que je complète cet article, ou si vous avez des questions n’hésitez pas à laisser des commentaires !)

Laisser une réponse

Partager